Agenda des stages et dates importantes du Club

120 samouraïs in the city

Les 14 et 15 janvier, 120 samouraïs avaient investi la bonne ville de Montpellier. Retour sur une journée exceptionnelle. 

La presse en était dûment informée. Un événement. Une première : un stage de kendo de la région Occitanie organisé à Montpellier. Ça se fête. Mais avant, ça s’organise… Fort de la confiance de la CRKDR Occitanie, le club Kendo Montpellier s’était retroussé le keikogi.
Samedi 14 janvier. Tandis que la brume matinale se déchire aux rudes dentelles du Pic Saint-Loup, plus de 120 sabreurs convergent vers la ville. 120 pratiquants et hauts gradés de la grande région Occitanie, mais aussi de PACA et de Rhône-Alpes. Certains viennent de plus loin encore : de la lointaine Nantes, par exemple. Par train, en voiture, par avion, à cheval parfois. Sur leurs visages rudes, cette pensée sereine : en découdre.
 

Baston

Montpellier, gymnase Cazaban, 8h du matin. Les équipes matinales préparent le débarquement. Dans le lointain, l’armada silencieuse approche ; rien ne l’annonce encore. Pas un bruit ne vient effaroucher l’aurore aux doigts de rose. Dans les pins centenaires du CREPS, la rastakouère à crête mordorée émet sa plainte fugace.
Deux heures plus tard, le gymnase Cazaban résonne de hurlements hagards et de défis sanguinaires. La vaste salle résonne du martèlement ininterrompu des shinaux* contre les men vêtus de fer, les kote endoloris, les do sonores. Parfois la stridence d’un sifflement traverse ce fracas. Alors l’accalmie se fait. C’est le moment où Michel Royo, paisible entre deux tempêtes et secondé de hauts gradés à l’impériale maîtrise, vient commenter, expliquer, proposer des inflexions pédagogiques générales ou individuelles à cette marée humaine qui réfrène pour un temps son seul désir : se rentrer dans le chou, encore, joyeusement, avec générosité. Impassibles, les hauts gradés contiennent la foule ardente. Le fracas reprend.
 

Passage

Dimanche 15 janvier, 9h du matin. Disciplinée, la foule des combattants qui ont survécu est à genou. « Passage de grade », dit-on. Sur le communiqué de presse, on lit plus précisément : « un stage régional où il sera possible de tenter l’examen du 1er au 3e dan ». Les visages sont austères. Le calme règne, brisé par quelques hurlements sporadiques.
Tout à l’heure, les geiko vont reprendre, avec cette chance : pratiquer contre de hauts gradés. Se mesurer au plus haut niveau. Mais pour l’instant, l’heure est au recueillement. Chacun s’isole dans ses pensées. Un passage de grade, c’est bien un passage, se dit-on à ce moment : l’accès à une autre dimension. Demain sera un autre jour, on le sait déjà.
 
* Pluriel de shinai, par autorisation spéciale.
 
Résultats du passage de grade :
25 pratiquants ont présenté le 1er dan, 21 reçus
16 pratiquants ont présenté le 2e dan, 14 reçus
2 pratiquants ont présenté le 3e dan, 2 reçus
 
La fête a été belle :
Merci aux encadrants et aux membres du jury, à Michel Royo, conseiller technique régional 6e dan, Pierre Lheureux, kyoshi 7e dan, Jean-Claude Tuvi, renshi 7e dan, Jean-Nicolas Heurtevin, 7e dan, Thibault de Brunel (7e dan), Tran (6dan), Perrin 6°dan, Bresset (6 dan), Mohatta (6e dan), Lisa de Brunel(6e dan), Thierry Leplat (6e dan), Robert Mauran (6dan). JJ Sauvage (5dan), Pascal Loïdi (5dan).
 
Merci aux nombreux participants.
Un grand merci au CRKDR Occitanie et à son président, François Laustriat.
 

 

FaceBook  Twitter     Email